Partir de la singularité

18/05/2015 - BIBLIO : le singulier avant les relations.

Albert Piette, dans son ouvrage « contre le relationnisme. Lettre aux anthropologues »  met en garde les anthropologues contre le danger d'une connaissance du général au détriment du singulier. Pour l'auteur, l'enjeu du travail de refondation de l'anthropologie est de revenir à l'individu singulier et à sa primauté sans perdre les acquis de la critques des philosophies du sujet, remises en cause au nom de collectifs dépassant les individus. Les relations seraient le propre de collectifs qui noient le singulier dans le général.

« Serait ainsi relationniste une perspective qui considère qu'il n'y a que des relations et que tout s'explique par les relations. Seraient relationnistes aussi une théorie qui tout en partant des individus, se focalise sur le « entre » individus, ainsi qu'une méthode qui valorise le jeu relationnel pour produire de la connaissance » (p.42).

On aime bien l'idée soutenue dans ce livre, que par l'attention portée aux détails, nous apprendrions à respecter et aimer la singularité de chacun. L'anthropologie comme un vrai projet humaniste? Un projet où nous n'aurions plus de peine à nous soucier de ces singularités des autres, vulnérables et minuscules.

PIETTE Albert (2014). Contre le relationnisme. Lettre aux anthropologues. Lormont : le bord de l'eau, 96p.