Nos mondes privés

01/04/2015 - BIBLIO : les mondes privés de MERLEAU-PONTY
 
En tant que médecin, en tant qu’assistante sociale, en tant que personne humaine, on a spontanément tendance à penser que le monde est tel qu’on le voit… Pour Merleau-Ponty dans ce livre, les choses ne sont malheureusement pas si simples :  
 
« Il paraît impossible […] d’en rester à la certitude intime de celui qui perçoit : vue du dehors, la perception glisse sur les choses et ne les touche pas. Tout au plus dira-t-on, […] que chacun de nous a un monde privé :  ces mondes privés ne sont « mondes » que pour leur titulaire, il ne sont pas le monde » (MERLEAU-PONTY, 1964, p. 25).
« Ce qu’il y a donc, ce ne sont pas des choses identiques à elles-mêmes qui s’offriraient au voyant, et ce n’est pas un voyant, vide d’abord, qui, par après, s’ouvrirait à elles, mais quelque chose dont nous saurions être plus près qu’en le palpant du regard. […] » (MERLEAU-PONTY, 1964, p. 171)
Le regard, dit Merleau Ponty, enveloppe, palpe, épouse les choses visibles, comme s’il les savait avant de les savoir. Trop bien!