Les recherches

avec JEAN le gérant, et CLAUDE, l’esprit du livre…

Nos travaux s'organisent en trois axes : le soin, l'accès aux soins et la méthodologie en sciences humaines. 
Pour chaque axe, après une page de synthèse de la recherche actuelle, il vous est présenté le journal de recherche en cours et les précédents travaux effectués sur le sujet, par Jean le gérant, notre scientifique pratiquant  ;-)).
En bas de cette page, «les dernières données de recherches» vous signalent les pages modifiées les plus récemment. 

Let-know Café mène ses recherches de façon indépendante. L'équipe seule décide des thématiques.

L'accès aux soins

Pourquoi les Africains meurent-ils à 50 ans?

Dans notre 'axe de recherche sur l’accès au soin, il s’agit ici de prendre un peu de distance avec l'acte même de soigner pour voir le contexte plus large dans lequel il s'inscrit. L'accès aux soins fonctionne lorsque le malade peut aller voir le soignant sans obstacle, et que le soignant est dans des conditions qui rendent possible son travail. Dans bien des cas, cette rencontre est difficile ou impossible. Pour étudier la question, nous choisissons la situation qui nous interroge le plus : pourquoi dans bon nombre de pays d'Afrique de l'ouest, l’accès aux soins est-il si difficile avec une espérance de vie qui ne dépasse pas 50 ans ? Pourquoi les Africains meurent-ils à 50 ans ?  
 
Pour avancer dans ce champ, nous regarderons cette réalité par le prisme du politique. Nous tenterons de montrer que cet état de non-soin, est en grande partie généré par une organisation politico-économique du monde qui dessert l’Afrique. En parallèle à cette analyse globale, nous poserons localement la question du pourquoi les Africains meurent à 50 ans, à un échantillon de la population africaine récemment arrivée en France, et de la même façon, à un échantillon de la population française à l’occasion d’ « entretiens aux bancs publics ». Il s'agira surtout de comprendre pourquoi il existe une telle tolérance de notre société face à cette situation ? Quels en sont les mécanismes ? Il faudra explorer un champ politique qui semble aujourd'hui osciller entre fraternité et domination. À quoi ressemble le soin lorsque le lien social s’éloigne ou se rapproche de la fraternité ? Quelles médiations sanitaires sont possibles dans l’emprise et la domination ? Peut-on parler d'une culture de la domination et d'une contre-culture de la fraternité? 
 
Notre travail d'enquête aura lieu sur trois années (2016-2018), basé sur une étude bibliographique, des observations et entretiens à Lyon, avec un « pied » en Afrique de l'Ouest!
 
 
Livre à  paraître : Anthropologie des rires noirs. Ou la drôle d'histoire du monde qui prend (le) soin de l'Afrique. (Merci à Hannah Arendt). Sortie prévue fin 2019

Livre déjà paruFAYA Jean (2015). À la recherche d'Épistémè. Ou comment pour se débrouiller de la vaccination, un médecin devint ethnologue. Lyon : les Éditions Let-Know Café, 372p.

 

Le soin

Que nous enseigne la poétique de soin ?

« La poésie ne vient pas après la science, pour célébrer le triomphe de la raison sur la nature. Elle vient avant la science, lorsqu’avec davantage d’humilité, nous reconnaissons que nous devons notre existence au monde que nous cherchons à connaître ». (INGOLD, 2014, p.12)

Entre 2008 et 2013, nous avons fait une première recherche sur le soin, avant tout par l’observation du médecin (à la recherche d’Épistémè). Nous nous sommes alors lancés en tandem, dans une promenade sur les pentes de la Croix-Rousse, en quête de la douce Epistémè. Nous avons rencontré bon nombre de personnes dont Franck F., le médecin chamane, qui nous a mis sur la piste de la poétique (FAYA, 2015, p.325). Il nous a parlé de ses expériences dans des sociétés lointaines, avec lesquelles il partage l'dée qu’il y a un accès possible au réel justement parce que la personne qui cherche à savoir, agit et interagit avec le monde qu’elle veut connaître. Franck nous l’a dit. Face au constat d’une efficacité thérapeutique, il préfère rester poète, sans un besoin incontournable de formuler une explication. Un médecin qui dit travailler comme un poète invite à sourire. Mais en fait, c’est bien ce Franck F. qui nous éclaire. Avec cette façon qu’il a de rentrer dans la situation de vie des gens, de ne pas craindre la relation interpersonnelle où les sentiments ont leur place, de ne pas avoir peur de se livrer tout entier au risque de se faire manger par un serpent. Il propose une tout autre épistémologie, une poétique du soigner qui considère que ce qui est donné dans l'expérience directe, avec toute sa richesse, n’est pas moins profond et moins véridique que ce que nous propose la description scientifique.

Nous entendons ainsi par poétique, le récit d'une historiette sur la rencontre entre un soigné et un soignant. C'est un exercice qui vise à produire de la connaissance sur les choses, sur le soin, en donnant la parole à nos sens, nos ressentis, l'expérience de ce que nous sommes ensemble. La poétique vise à voir autrement le monde que ce que nous propose le « prêt à regarder » de la science et de la technique. La poétique vise à ouvrir un espace plus vaste sur le réel.

DESCOLA, Philippe, INGOLD, Tim. (2014). Être au monde, quelle expérience commune? (débat présenté par Michel LUSSAULT). Lyon : PUL, 78p.
FAYA Jean (2015). « À la recherche d'Épistémè. Ou comment, pour se débrouiller de la vaccination contre l'hépatite B, un médecin devint ethnologue ». Lyon : les Éditions Let-Know Café, 372p.
 
 
Livre à  paraître : Réanimer l'Homme. Poétiques de soins, deuxième volume. (Merci à Michel Foucault). Sortie prévue automne 2020.

Livre déjà paru : FAYA Jean (Dir) (2017). Panser sensible. Poétiques de soins, premier volume. Lyon : les Éditions Let-Know Café, 130p. (Merci à Maurice Merleau-Ponty)


 

Les poétiques de Let-Know café

Medhi et son dragon (25/11/2014)

Joséphine Brindherbes avait décidé de guérir mais d'autres n'étaient pas d'accord (28/05/2015)

Je suis Kessie (15/04/2015)

La leçon de vie d'un bon vieux feu rouge (10/08/2016)

Prendre un café et savoir mourir (10/09/2016)

 

Méthodologie et épistémologie

Comment distinguer ce qui va de soi de ce qui va de l’autre?

« La réflexion épistémologique sur les conditions de possibilité de la science anthropologique
 fait partie intégrante de la science anthropologique ». (
Pierre BOURDIEU, 1972)

Cet axe de recherche est une sorte d'arrière-plan continu. Il vise à rappeler qu’il faut en permanence requestionner nos procédures de recherche anthropologique sans esquiver les considérations épistémologiques qu’elles impliquent. C’est pour nous un indispensable avant de demander au lecteur d’appréhender nos données de terrain. Comment donc en effet, un homme, l'anthropologue, peut-il prétendre livrer une connaissance « scientifique » sur un autre homme, qui devient objet de recherche du premier? Certains anthropologues semblent ainsi convaincus de mieux comprendre l'autre que cet autre ne se comprend lui-même. Super-pouvoir? Naïveté? Capacité professionnelle?

La philosophie de la science nous donne bon nombre de clefs pour penser ces questions. Nous aimons celles qui visent à distinguer l'expliquer du comprendre. Nous aimons la voie de Francisco VARELA et sa représentation du savoir qui se construit en action. Nous aimons cette idée que la science, en responsabilité, pourrait se diriger autrement que dans le seul engagement entre l’objectivisme ou le subjectivisme. Et pourquoi ne pas défendre cette alternative qui donnerait mandat à la science de plutôt distinguer « ce qui va de soi » de « ce qui va de l’autre »? Il nous faut maintenant avec vous, poursuivre l'exploration de la littérature sur le sujet, et approfondir notre réflexion toujours pour mieux connaître ce que nous sommes.

SYNTHÈSE

L'Anthropelihydrochronocyclette

Tandem anthropographique, machine à explorer les mondes privés

« Nous avions choisi un tandem pour notre premier voyage ensemble dans les pentes de la Croix-Rousse, à la recherche de la douce Epistémè. Notre équipe a depuis travaillé à le perfectionner. Et nous inaugurons ce jour notre nouvel engin : l’Anthropélihydrochronocyclette. Nous aurons bientôt l’occasion toi et moi, d’en tester les nouvelles fonctionnalités. Toujours par la force de notre pédalage, nous pourrons non seulement rouler sur la terre ferme, mais aussi voler, flotter et même remonter le temps. ». (Extrait du livre «Poétiques de soins», à paraître en 2017))

A lire la suite ici.